Que l’on soit natif de Guadeloupe, guadeloupéen de cœur ou d’adoption, il nous apparaît à tous essentiel de préserver le patrimoine naturel qui donne à l’archipel sa spécificité, sa richesse et sa splendeur.
La création de l’antenne Guadeloupe du Conservatoire Botanique des Antilles Françaises (association de type loi 1901) en mars 2002 s’est inscrite dans cette démarche.

L’antenne Guadeloupe du conservatoire concerne l’ensemble de l’archipel Guadeloupéen, c’est-à-dire les îles de la Guadeloupe, de la Désirade, des Saintes, de Marie-Galante, de Saint-Barthélemy, ainsi que la partie française de Saint-Martin, soit un total de 1 703 km² .
Carte écologique de l'archipel guadeloupéen, hors St-Martin & St-Barthélemy
(Rousteau, 1996)

 

  • Mieux connaître la flore locale
L’amélioration des connaissances est nécessaire pour localiser et suivre les populations sensibles, évaluer les risques encourus par la végétation autochtone, suivre l’état des écosystèmes, et réaliser une conservation efficace des plantes.
  • Conserver les espèces indigènes rares et menacées

culture in vitro
Les opérations de conservation visent à pérenniser les populations dans leur milieu, voire hors de leur habitat naturel (culture in vitro, serre, jardin…) lorsque c’est indispensable à la sauvegarde de l’espèce.
  • Informer et sensibiliser la population et les collectivités locales sur la richesse du patrimoine végétal et sur les menaces existant sur cette flore.


conférence à l'U.A.G

Le conservatoire s'est spécialisé dans l'étude des utilisations traditionnelle des plantes d’origine caribéenne ou américaine aux Antilles françaises.